Ça a commencé par une semaine d'expositions, du Mardi au Dimanche. 

 

Vivien BLANDIN était venu avec sa très riche exposition de souvenirs de la Grande Guerre.

 

"Histoire et Patrimoine" exposait le résultat de plus de deux ans de travail sur l'histoire des 400 saint-gillois qui avaient été appelés sur le front.

pour voir une image aggrandie, cliquez dessus avec le bouton droit de votre souris

 

  

Les enfants sont venus par classes entières des deux écoles de Saint-Gilles ainsi que de l'école publique de l'Hermitage. 

Ils ont été nombreux à poser des questions et à découvrir ce qu'était cette "Grande Guerre de 14"

   

Leurs parents ont également été nombreux à se déplacer. Plus de deux mille personnes auront vu le merveilleux témoignage humain de ce qu'était cette guerre.

________________________________________________________________________________________

Cette commémoration du centième anniversaire de la bataille de Verdun s'est terminée le dimanche soir par un spectacle Kabarett :

«Totentanz - Danse macabre - était-ce la dernière ?" » 

L'Association d'Amitié Franco-Allemande de Saint-Gilles avait fait venir la Deutsche Bühne Rennes, troupe franco-allemande avec, dans les rôles solistes la comédienne-chanteuse Katja Krüger et la pianiste Elisa Bellanger.

La soirée s'est déroulée sous la forme d’un montage où poèmes, extraits de textes philosophiques, littéraires et scientifiques, scènes, sketches alternent avec des chansons. Le français et l’allemand se mêlaient pour donner une vision des deux pays.

 « Totentanz » est un spectacle autour des deux guerres, des préjugés des deux cotés du Rhin et de la haine qui naît de ces idées reçues, enfin le désir de paix.
Le Kabarett ou la Revue est la forme artistique qui prédominait pendant la guerre de 1914-1918 et jusqu'en 1940.

   
     

 Après avoir vu l'exposition sur les histoires personnelles de chacun des saint-gillois dans cette "Grande Guerre", les participants ont été très touchés par ce spectacle qui montrait plus que tout discours la montée du nationalisme, les préjugés absurdes qui le soutendaient, symétriques de part et d'autre du Rhin.

La Deustche Bühne nous a fait toucher du doigt l'évolution des mentalités au cours de cette première guerre qui a précipité les mouvements révolutionnaires et qui a créé les conditions de la seconde guerre mondiale.

Aujourd'hui plus que jamais, nous ressentons la toujours actuelle nécessité de l'Union qui, depuis la déclaration Schumann de 1950 et le traité de l'Élysée de 1963 a permis la réconciliation des peuples européens et la disparition des guerres sur le territoire de l'Europe.